WebCimetière - Cernay - Tombes ou defunts remarquables

Mémoire et patrimoine de notre cimetière

Qu'ils aient été notables, Morts pour la France, ou bien encore qu'ils aient une sépulture remarquable, ils ont fait l'histoire de notre commune et sont les gardiens du passé pour les générations futures....

Tombes remarquables :

« La gloire est le soleil des morts. » Honoré de Balzac, La recherche de l'Absolu.

 

Liste des tombes remarquables

Plan du parcours des tombes remarquables




Nom Nom de naissance Prénom(s) Date de décès Biographie
ROESS Charles 02/09/1949

Monument remarquable : La sépulture de Charles ROESS né le 14 janvier 1880 et décédé le 2 septembre 1949 relève de l'art déco. Il s'agit d'un cas unique dans le cimetière de Cernay.

 

SOMMER DANGEL Henriette 1881

Famille SOMMER. Alignement remarquable de 3 tombes inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel du Haut-Rhin IM68008063 IVR42-19996801003ZE.

Les stèles sont typiques de la deuxième moitié du XIXème siècle . Elles sont finement sculptées et comportent une plaque de grès blanc destinée à recevoir les inscriptions.

RENDER François 18/12/1858

Famille RENDER-FAUTSCH. Monument remarquable en grès jaune. Christ en médaillon en marbre blanc.

RENDER Sophie 1912

Famille RENDER-FAUTSCH. Monument remarquable en grès jaune. Christ en médaillon en marbre blanc.

INGOLD Armand Ignace 30/09/1906

Armand Ignace INGOLD est né le 6 avril 1816 et décédé le 30 septembre 1906.
Il fut notaire de 1843 à 1872. Historien reconnu, il a rédigé de nombreux articles  sur l'histoire locale. Avec Paul Baudry il est le cofondateur du Musée de Cernay.

INGOLD Ferdinand 10/11/1855

Famille INGOLD : un siècle et demi de notariat.
Joseph INGOLD est cité comme notaire de 1731 à 1762, son fils Dominique lui succéda de 1762 à 1807 ; le fils de ce dernier, Jean Bernard Ferdinand de 1807 à 1843.
Jean Bernard "Ferdinand" INGOLD né le 17 octobre 1781 et décédé le 10 novembre 1855 fut le 18ème maire de 1832 à 1835 (par intérim).

INGOLD Jean Joseph François 24/12/1980

François Ingold est né à Nancy le 4 avril 1894. Son père Hubert né à Cernay en 1864, fit l’école forestière de Nancy et, tout naturellement, resta en France dans le massif des Vosges. Il y rencontra son épouse et le couple s’installa à Fraize en 1904. Deux garçons naquirent de cette union.  Inséparables, ils reçurent une éducation stricte, profitant de l’environnement et la forêt vosgienne fut leur terrain de jeux. Les deux frères, François et Maurice, firent leurs études au collège de Saint-Dié.  La guerre éclate en août 1914 et, comme dans beaucoup de familles c’est une suite de bouleversements. La relation quasiment fusionnelle des deux frères a des conséquences sur leur engagement militaire. Ils feront tout pour rester ensemble ; ils suivent tous les deux le peloton des élèves caporaux et participent ensemble à la bataille d’Artois en 1915. Ils sont nommés sergents et partent au Sénégal pour assurer la formation et l’encadrement d’unités sénégalaises. La lecture du livre de François, écrit en 1958 « Le chemin » démontre que ce voyage détermina sa vocation pour le continent africain.  En juin 1916, François et Maurice quittent le Sénégal. Ils sont mutés dans l’armée d’Orient à Salonique. Après le stage à Saint-Cyr, promus aspirants, ils se retrouvent en juillet 1917 au Chemin des Dames. Au printemps 1918, au 7e Régiment d’Infanterie Coloniale, ils participent à la bataille de Reims. Ils sont blessés tous les deux.  François est gravement atteint ; une balle en pleine poitrine lui effleure la colonne vertébrale et traverse un poumon. À son chevet, une jeune infirmière lui souriait … François Ingold épouse en 1920 son infirmière, Marie Antoinette Didierjean, fille du Commandant Didierjean, qui fut tué le 14 août 1914 en entrant en Alsace. À la fin de la guerre, les deux frères se séparent. François continue sa carrière militaire, tandis que Maurice y renonce à la demande de sa belle-famille.  François se porte volontaire pour le Maroc en 1921. Il participe à la campagne du Rif avant de devenir officier de renseignement dans le Sud marocain. Revenu en France pour passer sa licence de droit, il retourne au Maroc en 1924 jusqu’en 1929. Il est muté à Aix-en-Provence au 22e Régiment d’Infanterie Coloniale comme Capitaine, puis à Madagascar de 1933 à 1935. Il est affecté, en 1935, à la section historique de l’Armée en France où il publie ses deux premiers ouvrages : « Au combat avec les Troupes coloniales » et « Les Troupes noires au combat », ainsi que de nombreux articles dans différentes revues militaires françaises. «En avril 1939 le Capitaine Ingold fut désigné pour l’Afrique équatoriale française. Il allait y trouver l’accomplissement de son destin. » (Gérard Ingold) Il rejoint Brazzaville en septembre 1939, puis Fort Archambault au Tchad en janvier 1940, en qualité de Commandant en second de la place puis Commandant du 5e Bataillon de réservistes africains du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad (RTST). Il joue un rôle important dans le ralliement du Tchad à la France libre, prenant au nom du Général de Gaulle, le commandement de la place de Fort-Archambault, plus importante garnison en effectif de l'AEF. Pour cette action, François Ingold est condamné à mort par contumace par le gouvernement de Vichy. La biographie de Gérard Ingold continue à évoquer la carrière africaine puis le retour en France, les engagements pour la Chancellerie de l’Ordre des Compagnons de la Libération, le Haut Tribunal Militaire et la fin de la carrière militaire de François Ingold comme Général de Division.  Après cette vie exemplaire parmi ses soldats, puis au sein de sa famille, François Joseph Jean Ingold s’éteint le 19 décembre 1980 à Paris.

MAIZIERE LANGENSTEIN Marie Christine 1925

Monument remarquable
croix coulée en fonte typique des sépultures du début du XXème siècle

FRAIGNERE Jean Charles 06/03/1855

Jean-Charles FRAIGNIERE  (1822-1855)
Monument remarquable en forme de colonne brisée symbole d'une vie brisée.
Décédé le 16 mars 1855 à l’âge de 33 ans, la colonne brisée de son monument symbolise une vie bien trop brève.
inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel du Haut-Rhin  IM68008063 IVR42_19996801004ZE.

ZURCHER Alphonse 1901

Alignement remarquable de 5 tombes Zurcher
inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel du Haut-Rhin Dossier IM68008063 IVR42_19996801005ZE
sépulture de droite : Jean-Jacques Charles ZURCHER, manufacturier, fils de Jean-Jacques ZURCHER fils, né le 22 juillet 1808 à Paris et décédé le 14 février 1879 à Cernay. A ses côtés Amélie Baudry son épouse.
sépulture de gauche : Jean-Jacques ZURCHER fils de Jean-Jacques ZURCHER père, né le 26 juillet 1782 à Mulhouse  décédé le 5 juin 1850 à Cernay.
A ses côtés son épouse Marie-Eve Françoise de GOHR
C’est aussi le père de Marie-Amélie ZURCHER
Dalle funéraire avancée: inscriptions indéchiffrables.

BRINCARD ZURCHER Fanny 1888
Alignement remarquable de 5 tombes Zurcher
inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel du Haut-Rhin Dossier IM68008063 IVR42_19996801005ZE
sépulture de droite : Jean-Jacques Charles ZURCHER, manufacturier, fils de Jean-Jacques ZURCHER fils, né le 22 juillet 1808 à Paris et décédé le 14 février 1879 à Cernay. A ses côtés Amélie Baudry son épouse.
sépulture de gauche : Jean-Jacques ZURCHER fils de Jean-Jacques ZURCHER père, né le 26 juillet 1782 à Mulhouse  décédé le 5 juin 1850 à Cernay.
A ses côtés son épouse Marie-Eve Françoise de GOHR
C’est aussi le père de Marie-Amélie ZURCHER
Dalle funéraire avancée: inscriptions indéchiffrables.
ZURCHER Jean Jacques 06/06/1850

Jean-Jacques ZURCHER père, né à Mulhouse le 2 mai 1751. Il  fit l’acquisition d’une manufacture de toiles peintes à Cernay en 1785 : Zurcher & Cie.
 Il est décédé le 27 février 1839 à Cernay
Jean Jacques ZURCHER fit ses études dans la fabrique de Farzy à Genêve , où il séjourna assez longtemps. Il se plaisait à raconter qu'il avait été chargé de faire visiter la fabrique à Voltaire et que, ne voulant pas le laisser marcher avec une canne, il lui avait donné le bras pendant tout le temps qu'avait duré la visite. Revenu en Alsace, il épouse en 1780 Madame veuve Lischy de Bollwiller . Grâce aux économies réalisées à Genêve et à la dot de sa femme, il put acheter un des sept moulins de Cernay : la Karte-Mühle, situé à l'angle de la rue des Maréchaux, place du Marché aux Poissons (bâtiment actuellement la Vie Claire)
Il fonda son établissement en 1780.

ZURCHER Jean Jacques 27/02/1839

Jean-Jacques ZURCHER père, né à Mulhouse le 2 mai 1751. Il  fit l’acquisition d’une manufacture de toiles peintes à Cernay en 1785 : Zurcher & Cie.
 Il est décédé le 27 février 1839 à Cernay
Jean Jacques ZURCHER fit ses études dans la fabrique de Farzy à Genêve , où il séjourna assez longtemps. Il se plaisait à raconter qu'il avait été chargé de faire visiter la fabrique à Voltaire et que, ne voulant pas le laisser marcher avec une canne, il lui avait donné le bras pendant tout le temps qu'avait duré la visite. Revenu en Alsace, il épouse en 1780 Madame veuve Lischy de Bollwiller . Grâce aux économies réalisées à Genêve et à la dot de sa femme, il put acheter un des sept moulins de Cernay : la Karte-Mühle, situé à l'angle de la rue des Maréchaux, place du Marché aux Poissons (bâtiment actuellement la Vie Claire)
Il fonda son établissement en 1780.

Monument remarquable en grès rouge
portant l'inscription suivante :
D.O.M.
EN MEMOIRE
J.J.ZURCHER
CHEVALIER DE LA LEGION D'HONNEUR
EX-MEMBRE DU CONSEIL GENERAL
ANCIEN MAIRE DE CERNAY
NE A MULHOUSE LE 2 MAI 1751
MORT A CERNAY LE 27 FEVRIER 1839
SON FILS, SES PETITS ENFANTS
ET SES ARRIERE PETITS FILS
IL CREA LA PREMIERE MANUFACTURE CETTE
VILLE ET LA GERA AVEC HONNEUR PENDANT 60 ANS

ECK J.daniel 27/08/1850

Jean-Daniel ECK est né le 1er novembre 1793 et décédé à Cernay le 27 août 1850.
Il  était le père de Daniel ECK. Il vint de Mulhouse avec d’autres industriels de la famille Schwartz pour fonder en 1801 une fabrique d'indiennes à Cernay.
Une rue et un stade sportif portent son nom.

Alignement remarquable de 7 sépultures de la famille de Jean-Daniel ECK. La sépulture de Jean-Daniel ECK est la 3ème à gauche. inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel du Haut-Rhin Dossier IM68008063 IVR42_19996801006ZE.

CARRERE CHARPENTIER Emilie Suzanne 30/09/1966


Par testament holographe, Suzanne CHARPENTIER a légué à sa ville natale sa maison familiale et tous les tableaux de son mari (plus d’une centaine).
Elle demande en contrepartie qu’ils y restent exposés en permanence; il faut d’autre part que leur tombe soit régulièrement entretenue et fleurie.

Alignement remarquable de 4 tombes Carrère, Charpentier, Plantey.
Celle de Jean-Paul Carrère, la première à gauche.

CARRERE Jean Paul 27/03/1933

Jean-Paul CARRERE né le 15 septembre 1878 à Bordeaux et décède à Paris le 27 mars 1933.
Originaire de Bordeaux, Jean Ulysse Paul CARRERE vient s’installer à Cernay en 1924.
Sa veuve, Suzanne CHARPENTIER, professeur dans différents lycées parisiens regagne Cernay en juillet 1939.
Elle s’éteindra en septembre 1966. Elle est inhumée dans la tombe familiale du cimetière urbain aux côtés de son époux qui avait choisi cette épitaphe : «La droiture et l’union sont une belle proue au-dessus du silence.»

Alignement remarquable de 4 tombes Carrère, Charpentier, Plantey.
Celle de Jean-Paul Carrère, la première à gauche.

 

ZURCHER Louise Marie Amélie 08/06/1947
  • Amélie Zürcher est née le 27 août 1858 à Bollwiller. Elle fréquente l’école du village jusqu’à l’annexion de 1871, puis est interne dans un pensionnat tenu par des dominicaines à Nancy où elle obtient son baccalauréat. Elle revient en Alsace en 1877 et, à la mort de son père, propriétaire d’une filature, s’occupe de son frère Albert, blessé pendant la guerre de 1870.
    Elle s’installe avec lui dans sa propriété du Lutzelhof qui recouvrent une grande partie du lieu-dit Ochsenfeld, là-même où Jules César remporta une célèbre victoire sur Arioviste et ses Germains.
    En 1893, après une terrible sécheresse et consciente de la faible productivité de ses terres, elle décide d’en explorer le sous-sol. A l’origine de cette décision, un rêve prémonitoire : «Une nuit je me réveillai avec la certitude que quelque chose était caché sous nos terres qui devait m’assurer la fortune que la pauvreté du sol me refusait». Il lui faudra plusieurs années pour mener son projet à bien.
    Sa rencontre avec Joseph Vogt va être déterminante. Celui-ci dirige quatre usines (fonderies de fonte à Soultz, Mulhouse et Masevaux, de cuivre à Niederbrück) et avait fondé la société de sondage “Gute Hoffnung“ (Bonne Espérance) spécialisée dans la fabrication de tours de forage à grande profondeur afin de trouver de minéraux pour alimenter ses usines. Avec Jean-Baptiste Grisez, radiesthésiste spécialisé dans la recherche de filons métallifères, ils créent alors la “Société en participation pour la recherche de la houille en Alsace“. Mais ce n’est pas de la houille qu’ils vont trouver.

    C’est le 11 juin 1904 qu’un forage donne un résultat inattendu : un laboratoire strasbourgeois constate que les échantillons prélevés sont “constitués par quelques impuretés (argiles, calcaires dolomitiques et schistes) mêlés à du chlorure de sodium et du chlorure de potassium“.
    Encouragés par ce premier résultat, ils poursuivent leur forage jusqu’à atteindre, le 31 octobre 1904 et à une profondeur 1119 mètres, le filon qui allait être le point de départ de l’exploitation de la potasse en Alsace.

    La société minière Amélie est créée le 13 juin 1906 et, après de nombreux sondages, le premier puits est foncé le 22 avril 1908. Deux ans plus tard, l’exploitation industrielle de la mine de potasse débute. En 1911, la société Amélie est contrainte de céder ses concession aux Deutsche Kaliwerke.

    Durant guerre 14-18, la ferme du Lützelhof est transformée en hôpital avant d’être totalement détruite.

    En 1918, l’Alsace redevient française et les puits sont confisqués par l’Etat avant d’être nationalisés en 1924. Amélie Zuecher est indemnisée et l’exploitation est désormais assurée par les MDPA (Mines Domaniales de Potasse d’Alsace).
    Amélie Zurcher meurt à Cernay, le 8 juin 1947.

    Le lycée de Wittelsheim porte son nom.

ZURCHER Jean Jacques Alfred 1906

Monument remarquable en grès rouge
Probablement érigé par Jean-Jacques Alfred Zurcher pour son fils Gustave Charles Joseph décédé à l'âge de 15 ans (1881-1897)
Sculpteur :
Albert HATZ Colmar

ECK Daniel 07/08/1886

Daniel ECK né le 20 septembre 1819 à Cernay et décédé le 7 août 1886 à Mulhouse. Fondateur en 1841 des établissements Daniel Eck et Cie à Cernay. Associé à Jean-Bernard Schwartz. Chimiste de l'entreprise. Inventeur d'une machine à imprimer plusieurs couleurs.

alignement remarquable de 4 stèles.
La sépulture de Daniel ECK est la dernière à droite.

RIESLER Mathieu 08/06/1871

Mathieu RISLER est né le 14 juillet 1782 à  Mulhouse et décédé le 8 juin 1871 à  Cernay.
Mathieu RISLER (première tombe à gauche) est Maire de Cernay de 1840 à 1848.
Mathieu RISLER fonde en 1804 un laboratoire, berceau de l’industrie chimique de Thann.
Mathieu RISLER et son frère Jérémie RISLER s’établissent à Cernay comme filateurs, blanchisseurs et constructeurs de machines textiles.
En 1838, les RISLER ouvrent la première filature de laine d’Alsace et participent au développement de l’industrie mécanique.
Aux côtés de Mathieu RISLER reposent Judith DOLLFUSS son épouse,
Sophie sa fille et Théodore BRYLINSKI son gendre (1805-1885), noble polonais, réfugié en France après la révolution de 1830, qui devint l’associé de son beau-père Mathieu RISLER.

alignement remarquable de 4 tombes.

BAUDRY Charles 21/02/1883

Henri de SANDOZ et Pierre-Amand BAUDRY (le père de Ferdinand « Charles ») sont venus s’installer à Cernay en 1806 et fondèrent la filature BAUDRY et Cie en 1818.
Ferdinand Charles BAUDRY né le 1er octobre 1829, décédé le 21 février 1883, fut le 28ème maire de Cernay de 1871 à 1883.
Il a une rue à son nom à Cernay.
Epitaphe
Ici repose en Dieu
Charles BAUDRY
Membre de la délégation d’Alsace-Lorraine
et Maire de Cernay
décédé le 21 février 1883
à l’âge de 54 ans.
Anna BAUDRY
née de Müllenheim – Reschberg
1830-1906
In memoriam

HEUCHEL Christophe 28/07/1841


Monument remarquable en grès jaune : inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel du Haut-Rhin Dossier IM68008063 IVR42_19996801011ZE

De forme trapézoîdale, il s'agit de la troisième stèle la plus ancienne du cimetière.

Un médaillon entouré de gerbes de blé représente un personnage qui tient la bible contre son coeur.
En dessous deux mains se tiennent, une main de femme et une main d'homme :
l'épitaphe est explicite : Je repose ici en t'attendant, prie Dieu pour moi en passant

BAUDRY WITZ Marie Anne 29/09/1858


Pierre-Amand BAUDRY est né le 7 février 1775 à Bonneville-la-Louet (Calvados). En 1806, il s’installe à Cernay et y fait commerce d’indiennes. En 1806, il s’associe avec Henri de Sandoz et fonde la filature BAUDRY et Cie. En 1826, il crée un tissage mécanique de 340 métiers. Il décède le 21 janvier 1857. A ses côtés git son épouse Marie-Anne WITZ fille de Jean Thiébaud WITZ et Madeleine NACHBAUR.

BAUDRY Pierre Amand 21/01/1857


Pierre-Amand BAUDRY est né le 7 février 1775 à Bonneville-la-Louet (Calvados). En 1806, il s’installe à Cernay et y fait commerce d’indiennes. En 1806, il s’associe avec Henri de Sandoz et fonde la filature BAUDRY et Cie. En 1826, il crée un tissage mécanique de 340 métiers. Il décède le 21 janvier 1857. A ses côtés git son épouse Marie-Anne WITZ fille de Jean Thiébaud WITZ et Madeleine NACHBAUR.

BOLLINGER Bernard 1864

Monument remarquable
en grès rose et marbre blanc
typique du milieu du XIXè siècle

CADELL Valentin 16/09/1856


Monument remarquable
en grès rose et marbre blanc
typique du milieu du XIXè siècle

avec une épitaphe singulière :
Ici repose Valentin CADELL
Né le 14 février 1806
Décédé le 16 sept. 1856
Autour d’une triste Mère
Des enfants en pleurs
Aux pieds d’un bon père
Viennent cacher leur douleur
Il leur légua ses vertus
Comme héritage d’amour
Avec le doux espoir en plus
D’être réunis pour toujours

BAUDRY Amand 12/02/1873

Amand BAUDRY né vers 1813 est le fils de Pierre-Amand.
Il décède le 12.02.1873. A ses côtés gît Adèle NACHBAUR son épouse.

BAUDRY Paul 27/06/1897

Paul BAUDRY né en 1847 est le fils de Amand BAUDRY. Avec le notaire Armand INGOLD, il fut le cofondateur du Musée de Cernay.
Il décède le 27.06.1897. Il a une rue à son nom à Cernay. Il a un fils prénommé Paul et un fils Ferdinand « Charles » qui perpétuent la dynastie à la tête de l’entreprise BAUDRY et Cie.

BERGER Eugène 1933
  • Abbé
LORENTZ Edouard 31/08/1922

Monument remarquable  inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel du Haut-Rhin IM68008063 IVR42_19996801016ZE

LORENTZ SCHWOB Marie 18/01/1944

Monument remarquable  inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel du Haut-Rhin IM68008063 IVR42_19996801016ZE

LORENTZ GEHIN Marie Anne 20/04/1888

Monument remarquable  inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel du Haut-Rhin IM68008063 IVR42_19996801016ZE

LORENTZ Martin 1896

Monument remarquable  inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel du Haut-Rhin IM68008063 IVR42_19996801016ZE

LEMAIRE Auguste 1890

Monument remarquable motif d'écclésiastique avec notamment une ancre, un calice et une palme

L'ancre symbolise l'éspérance,
Le calice et l'hostie indiquent qu'il s'agit de la sépulture d'un prêtre.

La palme évoque la foi et la récompense qui attend nle défunt après la mort

WALTZER Franz Anton 1878

Monument remarquable inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel du Haut-Rhin IM68008063 IVR42_19996801015ZE
Il s'agit d'un ensemble de deux monuments de facture très différente dédiés à quelques vicaires de Cernay :
le premier avec une croix en fonte sur un socle en grès jaune dédié à
Jean-Baptiste Lhomme (xxxx-1873)
Marie-Joseph Lehmann (1895-1962)
le second avec une stèle avec plaque noire, portant calice, épis de blé et sarments de vigne dédié à
Antoine Walker (1838-1878)
Jean-Martin Benhurst (1829-1889)

L'HOMME John 12/05/1873

Monument remarquable inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel du Haut-Rhin IM68008063 IVR42_19996801015ZE
Il s'agit d'un ensemble de deux monuments de facture très différente dédiés à quelques vicaires de Cernay :
le premier avec une croix en fonte sur un socle en grès jaune dédié à
Jean-Baptiste Lhomme (xxxx-1873)
Marie-Joseph Lehmann (1895-1962)
le second avec une stèle avec plaque noire, portant calice, épis de blé et sarments de vigne dédié à
Antoine Walker (1838-1878)
Jean-Martin Benhurst (1829-1889)

REYHURST John Martin 1889

Monument remarquable inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel du Haut-Rhin IM68008063 IVR42_19996801015ZE
Il s'agit d'un ensemble de deux monuments de facture très différente dédiés à quelques vicaires de Cernay :
le premier avec une croix en fonte sur un socle en grès jaune dédié à
Jean-Baptiste Lhomme (xxxx-1873)
Marie-Joseph Lehmann (1895-1962)
le second avec une stèle avec plaque noire, portant calice, épis de blé et sarments de vigne dédié à
Antoine Walker (1838-1878)
Jean-Martin Benhurst (1829-1889)

WUNDRELICH Marc 31/10/1952

Monument remarquable inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel du Haut-Rhin IM68008063 IVR42_19996801015ZE
Il s'agit d'un ensemble de deux monuments de facture très différente dédiés à quelques vicaires de Cernay :
le premier avec une croix en fonte sur un socle en grès jaune dédié à
Jean-Baptiste Lhomme (xxxx-1873)
Marie-Joseph Lehmann (1895-1962)
le second avec une stèle avec plaque noire, portant calice, épis de blé et sarments de vigne dédié à
Antoine Walker (1838-1878)
Jean-Martin Benhurst (1829-1889)

SCHUMANN Marie 22/02/1962

Monument remarquable inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel du Haut-Rhin IM68008063 IVR42_19996801015ZE
Il s'agit d'un ensemble de deux monuments de facture très différente dédiés à quelques vicaires de Cernay :
le premier avec une croix en fonte sur un socle en grès jaune dédié à
Jean-Baptiste Lhomme (xxxx-1873)
Marie-Joseph Lehmann (1895-1962)
le second avec une stèle avec plaque noire, portant calice, épis de blé et sarments de vigne dédié à
Antoine Walker (1838-1878)
Jean-Martin Benhurst (1829-1889)

SCHWESTER Galiste 1907

Sépulture collective des sœurs qui desservaient l'hôpital de Cernay (sœurs Galiste et Maria Isabella et sœur Anne-Marie LANTZ

LANTZ Marie -anne 02/02/1978

Sépulture collective des sœurs qui desservaient l'hôpital de Cernay (sœurs Galiste et Maria Isabella et sœur Anne-Marie LANTZ

SCHWESTER Marie Isabella 1919

Sépulture collective des sœurs qui desservaient l'hôpital de Cernay (sœurs Galiste et Maria Isabella et sœur Anne-Marie LANTZ

BURTSCHELL Pierre-paul 02/04/1924

Pierre-Paul Burtschell, né le 24.10.1857 à Cernay et décédé à Cernay le 2.4.1924, Maire de Cernay de 1905 à 1924.
Il a une rue à son nom à Cernay.
Fils de Pierre Burtschell, fondateur d’une entreprise de scierie et de menuiserie mécanique, et de Christine Ley. ∞ Louise Péletier († 1897). Entrepreneur en bâtiments et directeur de l’entreprise fondée par son père. Maire de Cernay en 1905 par suite de la démission de l’industriel protestant Georges Risler (épisode du Kulturkampf), il exerça ses fonctions sans interruption jusqu’à sa mort en 1924. Arrêté pour collaboration avec les troupes françaises, il fut traduit devant un tribunal militaire allemand en novembre 1914 sous l’inculpation de haute trahison. Acquitté au bénéfice du doute, il n’en fut pas moins astreint à la résidence surveillée à Karlsruhe-Mühlburg comme suspect jusqu’à la fin de la guerre. De retour à Cernay, il accueillit le président Poincaré en 1919 et travailla à la reconstitution de sa ville natale, détruite à près de 100 %. Chevalier de la Légion d’honneur et médaillé de la Fidélité française et de la Prévoyance sociale.

BARBIER James 30/07/1912

James BARBIER est né à Cernay le 19 mai 1842, décédé le 30 juillet 1912 à Cernay.

Il a une rue à son nom à Cernay. Diplômé des Arts et Métiers (Châlons, promotion 1858), James BARBIER, après avoir travaillé dans différentes filatures de coton entre 1861 et 1871, devient fabricant de tubes en papier pour filatures.
Il dépose plusieurs brevets d’invention notamment la machine à fuseaux à tubes traversants, la machine à faire les tubes continus équilibrés et bien d’autres.
Il est également associé des Maison Schaffhauser, à Cernay, Gunther, à Fontaine-les-Luxeuil et Taepffer à Lodz (Pologne).

BARBIER Louis Lucien 29/06/1954

Louis Lucien Barbier est né le 29 juin 1877 et décédé le 29 juin 1954.
Il fut Maire de Cernay de 1924 à 1929. Il a succédé à Pierre-Paul Burtschell décédé le 2.4.1924.
Il est le fils de James Barbier dont la rue de la Mairie porte le nom.

WEBER Edouard 1929

Monument remarquable
en grès rose
Au fronton de la stèle, une corbeilmle de roses

WEBER REIBEL Emilie 1927

Monument remarquable
en grès rose
Au fronton de la stèle, une corbeilmle de roses

WEBER Ernest 1935

Monument remarquable
en grès rose
Au fronton de la stèle, une corbeilmle de roses

SCHOYEDER WEBER Marie 1936

Monument remarquable
en grès rose
Au fronton de la stèle, une corbeilmle de roses

LEMBLE Joseph 1934

Joseph LEMBLE est né à Cernay en 1858, décédé en 1934
Maire de 1929 à 1933

HERRGOTT Jean Baptiste Xavier 30/05/1984

Xavier HERRGOTT est né à Cernay en 1913, décédé en 1984
Maire de Cernay de 1953 à 1973.
En 1965, il a notamment créé un Syndicat intercommunal du Collège d'enseignement secondaire de Cernay qui a pour objet le fonctionnement de l'ancien collège, la construction d'un nouveau collège, le transport des élèves et la gérance de la cantine scolaire.

THIERRY-MIEG Henri 05/12/1930

Henri Emile THIERRY-MIEG est né le 28 juillet 1864 à Mulhouse, décédé le 5 décembre 1930 à Strasbourg

Directeur de la filature de laine peignée de Cernay. Il occupa la villa d'industriel au 35 rue des Fabriques.
Il a une résidence de personnes âgées à son nom à Cernay.

FREYTAG Catherine Soeur Elvine 28/01/1962

Lieu de sépulture des sœurs Saint Sauveur de Cernay (sœur Elvire,  Marie BRETZ et Catherine FREYTAG)

BRETZ Marie 12/11/1947

Lieu de sépulture des sœurs Saint Sauveur de Cernay (sœur Elvire,  Marie BRETZ et Catherine FREYTAG)

BROEK August aucune

Monument remarquable
A l’issue de la guerre de 1870 un petit monument binational rassemble trois victimes militaires françaises et prussiennes décédées à Cernay :
Victor Lagneau est décédé le 8 novembre 1870 à l'hospice civil de Cernay. Il était âgé de 25 ans et natif de Leffond, canton de Champlitte en Haute Saône. Il était prisonnier de guerre de l'armée prussienne de passage à Cernay.
François Schultz est décédé entre 23h et minuit au corps de garde de Cernay le 15 novembre 1870. Il était canonnier de la 10ème? compagnie, 6ème? régiment d'artillerie de fortifications de la Silésie, armée prussienne de passage à Cernay. Il était âgé de 34 ans et natif de Nieborowitz district de Skybnick.
Auguste Brock est décédé le 14 mars 1871 à l'hospice civil de Cernay. Il était militaire prussien de la 4ème compagnie 2ème bataillon (Sondershausen) 3ème régiment de la Landwehr de Thuringe N°71 momentanément en garnison à Cernay. Il était né et domicilié à Jaegersburg district de Janecke, grand baillage de Bromberg (Prusse).

SCHULTZ Franz 15/11/1870

Monument remarquable
A l’issue de la guerre de 1870 un petit monument binational rassemble trois victimes militaires françaises et prussiennes décédées à Cernay :
Victor Lagneau est décédé le 8 novembre 1870 à l'hospice civil de Cernay. Il était âgé de 25 ans et natif de Leffond, canton de Champlitte en Haute Saône. Il était prisonnier de guerre de l'armée prussienne de passage à Cernay.
François Schultz est décédé entre 23h et minuit au corps de garde de Cernay le 15 novembre 1870. Il était canonnier de la 10ème? compagnie, 6ème? régiment d'artillerie de fortifications de la Silésie, armée prussienne de passage à Cernay. Il était âgé de 34 ans et natif de Nieborowitz district de Skybnick.
Auguste Brock est décédé le 14 mars 1871 à l'hospice civil de Cernay. Il était militaire prussien de la 4ème compagnie 2ème bataillon (Sondershausen) 3ème régiment de la Landwehr de Thuringe N°71 momentanément en garnison à Cernay. Il était né et domicilié à Jaegersburg district de Janecke, grand baillage de Bromberg (Prusse).

LAGNEAU Victor aucune

Monument remarquable
A l’issue de la guerre de 1870 un petit monument binational rassemble trois victimes militaires françaises et prussiennes décédées à Cernay :
Victor Lagneau est décédé le 8 novembre 1870 à l'hospice civil de Cernay. Il était âgé de 25 ans et natif de Leffond, canton de Champlitte en Haute Saône. Il était prisonnier de guerre de l'armée prussienne de passage à Cernay.
François Schultz est décédé entre 23h et minuit au corps de garde de Cernay le 15 novembre 1870. Il était canonnier de la 10ème? compagnie, 6ème? régiment d'artillerie de fortifications de la Silésie, armée prussienne de passage à Cernay. Il était âgé de 34 ans et natif de Nieborowitz district de Skybnick.
Auguste Brock est décédé le 14 mars 1871 à l'hospice civil de Cernay. Il était militaire prussien de la 4ème compagnie 2ème bataillon (Sondershausen) 3ème régiment de la Landwehr de Thuringe N°71 momentanément en garnison à Cernay. Il était né et domicilié à Jaegersburg district de Janecke, grand baillage de Bromberg (Prusse).

RISLER Georges 15/04/1911

Georges Alphonse RISLER est né le 28 janvier 1818 à Cernay, décédé le 15 avril 1911 à Cernay. 26ème et 29ème maire de Cernay.
Il a une rue à son nom à Cernay.est adjoint de 1855 à 1860, maire de Cernay de 1860 à 1870 et conseiller d‘arrondissement. Refusant de se représenter après l’annexion de 1871, une pétition publique l'incite à reprendre la mairie de 1885 à 1905.

La commune de Cernay (Haut-Rhin) lui doit la construction de plusieurs édifices publics : écoles, église catholique Saint-Etienne (1891), abattoirs (1902), tribunal cantonal (1904), temple protestant réformé avec foyer et presbytère (1905). Les établissements Risler (devenus Sofratube), étaient implantés au lieu-dit « Le Moulin » sur le canal usinier creusé au début du XVlème siècle entre Vieux-Thann en amont où il reçoit l‘eau de la Thur, et le ban d’Uffholtz en aval. Des chutes actionnaient une douzaine de moulins à grain ou à papier qui laisseront la place à des industries textiles et de mécanique.

PREISS Roger 14/04/1943

Roger PREISS est né en 1882 et décédé le 14 avril 1943, maire de Cernay de 1933 à 1943.  Il a une rue à son nom à Cernay.

SCHOEN Heinrich 29/11/1904

Monument remarquable  inscrit à l'inventaire général du patrimoine culturel du Haut-Rhin IM68008063 IVR42_19996801017ZE.

Henri SCHOEN né le 30 décembre 1833 à Mulhouse et décédé le 29 novembre 1904 à Cernay, fut le Pasteur de la communauté protestante de Cernay pendant 40 ans.

L'ancien temple construit en 1843, sur une zone instable, ne pouvait être réparé qu'à grands frais. Aussi, le Conseil Presbytéral décida en 1900 de construire un nouveau temple Faubourg de Colmar sur un terrain cédé par le Pasteur Henri Schoen. Le Pasteur atteint de cécité complète vers la fin de sa vie, connu encore le début du chantier de construction du nouveau temple qui fut achevé et inauguré en mai 1906.

PLANTEY Robert Gilles 11/08/1974

Robert Gilles PLANTEY est né en 1881, décédé en 1974.
C'est un peintre de renommée nationale.
Il était conservateur du Musée des Beaux-Arts de Mulhouse.

monument remarquable en grès rose et plaques de marbre blanc.

INGOLD Auguste Marie Pierre 23/03/1923

Auguste Marie Pierre INGOLD est né le 21 avril 1852 et décédé le 23 mars 1923. Abbé. Auteur de pas moins de 137 ouvrages littéraires. Préfacier de huit ouvrages de Philippe André GRANDIDIER. Editeur scientifique de 57 ouvrages à caractère biographique relatifs à des religieux (voir notice https://www.idref.fr/030102332).

Auguste Pierre Marie INGOLD est le fils de Armand Ignace INGOLD dont la sépulture est en A2-003. Sa pierre tombale fait mention de trois de ses tantes dont deux religieuses. Les inscriptions sont difficilement lisibles : Célestine INGOLD - Dame novice du Sacré-Coeur 1820-1849, Adelphine INGOLD 1824-1862, en mémoire de Angélique INGOLD - Dame du Sacré Cœur morte en odeur de Sainteté, enterrée à Riedenbourg 1818-1858.

ORATE PRO SACERDOTE A(uguste) M(arie) P(ierre) INGOLD OB ANNOS NATUS LXXI JUBENTE CHRISTO SUO OBIT DIE XXIII MARTII ANNO MCMXXIII.

WITZ Joseph 08/09/1855

Joseph WITZ, né le 16 juin 1797, décédé le 08 septembre 1855.

Joseph WITZ était directeur de filature. C'est le fils de Jean Georges WITZ.

Justine AUGUSTIN, née le 16 novembre 1810, décédée le 15 août 1867.

Epitaphe : ici reposent Joseph WITZ, né le 16 juin 1797, décédé le 08 septembre 1855, et Justine AUGUSTIN née le 16 novembre 1810, décédée le 15 août 1867.

 

DE SANDOZ Henry 24/07/1859

Henry de Sandoz est né à Mulhouse en 1777 et décédé à Cernay le 24 juillet 1859. Après s'être distingué dans les faits d'armes au point d'être promu lieutenant à 14 ans, la Révolution ayant ruiné sa famille, il abandonna les armes pour se consacrer au commerce et à l'industrie sous la houlette de Jean Jacques Zurcher à Cernay.

Il a créé la filature de coton et une usine de tissage. En 1846, il fit don à la ville de Cernay d'une partie de l'ancienne fabrique Witz-Blech et Cie pour fonder un hospice et en 1855 il fit un second don pour fonder cette fois un asile pour les vieillards et les orphelins.

Au 1er étage, une chapelle fut aménagée sous le vocable Saint Henri. La dédicace à Saint Henri fut conservée lors de la création de l'actuelle chapelle de l'hôpital qui date de 1891. Le patron de l'hôpital est Saint Henri en mémoire de M. de Sandoz. Henri de Sandoz a également une rue à son nom à Cernay.

SCHAFFHAUSER Xavier 18/07/1920

Xavier Schaffhauser est décédé le 18 juillet 1920. Il fait partie d'une famille d'industriels qui avait racheté la fabrique de tubes en carton pour les entreprises textiles de Jean Jacques ZÜRCHER à l'angle de la rue des Maréchaux (actuellement James Barbier) et de la place du marché aux poissons. Deux membres de la famille SCHAFFHAUSER ont siégé au conseil municipal. Il a une rue à son nom.

L'emplacement de sa sépulture est aujourd'hui celui de Maria de Jesus Campos.

WITZ Marie Elisabeth 1829

Deuxième stèle la plus ancienne du cimetière :

Elle est en grès rouge taillé en forme de trapèze avec un médaillon central.

Dans le médaillon Sainte Barbe tient un livre dans sa main droite (les Saintes Ecritures) et elle tient une hostie au dessus d'un ciboire dans sa main gauche (le dernier sacrement). Cela pourrait symboliser l'accueil de la défunte par sa mère prénommée Barbe.

La stèle date de 1839, le cimetière ayant été ouvert en 1833

EPITAPHE
Ci gissent les dépouilles mortelles de Thiébaut MARTIN décédé le 8 décembre 1814 à l’âge de 45 ans et d’Elisabeth WITZ son épouse décédée le 20 septembre 1829 âgée de 69 ans.Leurs restes ont été réunis dans cette tombe le 24 octobre 1839. Que Dieu accorde à leurs âmes la paix et le bonheur.

WITZ Jean Georges 08/09/1830

Stèle en grès gris/jaune la plus ancienne du cimetière, celui-ci étant entré en fonction en 1833

Sous la plaque d'inscriptions est sculptée une chouette dans le feuillage d'un arbre. Elle est la représentation de la déesse grecque de la sagesse.

La stèle est surmontée d'une urne drapée, ce qui symbolise le départ de l'âme vers une nouvelle vie.

BERNECK 1864

Monument remarquable
en grès rose et marbre blanc
typique du milieu du XIXè siècle

AUGUSTIN 1847

Famille AUGUSTIN
Monument remarquable : il s'agit d'une des tombes les plus anciennes du cimetière.
Le cimetière a été ouvert en 1833.
Sur la stèle, on lit
Joseph AUGUSTIN 1826-1847
Constant AUGUSTIN 1831-1841
Adèle AUGUSTIN 1825-1858

MEINER Jean Georges Godefroy 18/06/1841

Jean Georges Godefroy MEINER est né le 14 avril 1765 à Morvillars et décédé à Cernay le 18 juin 1841. Co-directeur des forges de Masevaux . La sépulture de J. G. G. MEINER comprend une stèle à plusieurs niveaux, aujourd'hui brisée, et une dalle bombée portant en relief la biographie du défunt. L'ensemble est en fonte,  hommage au défunt qui était maître de forges

Transcription de l'épitaphe sur la dalle :

BIOGRAPHIE - MAITRE DE FORGES DES L'AN 1780 DANS LES USINES DE BISCHWILLER, BETAUCOURT, OBERBRUCK ET BELLEFONTAINE, ENFIN FONDATEUR EN 1802 DES FORGES DE LUCELLE. ABANDON DE CES USINES EN 1817 A LA SUITE DU PARTAGE DE LA FRANCE ET DES CONCESSIONS FAITES A BALE. BON CITOYEN, BON EPOUX, BON PERE, SA FAMILLE LE PLEURE ET RECOMMANDE SA TOMBE A TOUS LES BONS SOUVENIRS.

Transcription de l'épitaphe sur la colonne :

J. G. G. MEINER, NE A MORVILLARS LE 14 AVRIL 1765, MARIE A MONTBELIARD AVEC MARIE EBERHARDINE GEORGY LE 2 MAI 1791, DECEDE A CERNAY LE 8 JUIN 1841.

Référence Inventaire départemental IM 68008060

A ses côtés git son épouse
Marie Marguerite Alexandrine Eberhardine GEORGY

TSCHIRHART Camille 02/05/1949

Camille Tschirhart né le 8.11.1865 et décédé le  2 mai 1949. Chanoine honoraire de Strasbourg et de Smyrne, cué de 1919 à 1948, a reconstruit l'église de Cernay de 1919 à 1924. C'est lui qui fut à l'initiative de la commande des peintures monumentales ornant la nef de l'église, représentant le CREDO, chef d'oeuvre de René Kuder.

WIRTH Jean 05/11/1887

Monument funéraire remaquable : un calice en marbre blanc entre deux palmes

OSSUAIRE 1976

L'ossuaire, en usage jusqu'en 1976, a recueilli, année après année, les restes des défunts dont la concession est venue à échéance.

Certains illustres reposent là, comme Henry de SANDOZ (1777-1859), grand nom de l'histoire du textile cernéen, grand bienfaiteur et fondateur de l'hospice de Cernay. C'est précisément son caveau qui fit, par la suite, fonction d'ossuaire.

D'autres illustres l'ont rejoint depuis, comme Jean Paul TOUSSAINT HEUCHEL (1799-1851), médecin et agriculteur, député du Haut-Rhin à l'Assemblée constituante en 1848.

JARDIN DU SOUVENIR 31/12/2016

Le jardin du souvenir a recueilli les cendres de beaucoup de concitoyens de Cernay, décédés entre le 1er janvier 1976 et le 31 décembre 2016. Il restera inchangé, lieu de mémoire intemporel.

ANGE HEUCHEL Banc Reposoir 1811

L’historien Joseph Dépierre en parlait ainsi dans son livre de 1907 : La tombe de la famille HEUCHEL est une des plus intéressantes du cimetière. Un ange aux ailes déployées, placé sur un portique, désigne de l’index le ciel ; au-dessous sur le frontispice, est la simple inscription : Transite – ils ont passé

La famille HEUCHEL a compté parmi ses membres un quasi centenaire, Remy HEUCHEL, qui fut magistrat en 1789 et père de Jean Paul Toussaint HEUCHEL (1799-1851), médecin et agriculteur, député du Haut-Rhin à l’Assemblée constituante en 1848.

Aujourd’hui, seule la partie sommitale de son monument funéraire subsiste près de l’ossuaire. L’ange, dont le visage est de très belle facture, a malheureusement perdu ses ailes. Mais on peut encore lire les dernières lettres de « TRANSITE » sur le frontispice, invitation aux âmes défuntes de prendre le chemin du ciel. Il s’agit probablement du plus ancien monument funéraire du cimetière inauguré en 1833.

Pour être mis en valeur, ce monument devait être placé en élévation sur un portique dont nous ignorons quels en furent le style et la forme.
Pour recevoir le frontispice avec l’ange HEUCHEL, la municipalité a fait construire en 2019 un banc-reposoir en grès rose de style d’époque début XIXème siècle. Il se trouve juste à côté de l’ossuaire ancien en usage jusqu’en 1976. A noter que cet ossuaire se trouve à l’emplacement du caveau d’un autre grand personnage de Cernay : Henri DE SANDOZ (1776-1860) grâce à qui, la ville de Cernay fut dotée dès 1865 d’un grand hôpital de 3 étages.

Un banc-reposoir d'Alsace est une sorte de banc public construit en Alsace au XIXème siècle.

Les jours de marché ou de foire, paysans et surtout paysannes se rendaient dans les villes ou gros bourgs où se tenait un marché. Lourdement chargés, ils y amenaient les produits de la ferme. Les paysannes portaient un panier sur leur tête protégée par un coussinet (der Wisch) rempli de son et de balles de blé. Les paysans, quant à eux, charriaient leurs produits dans une hotte accrochée au dos par deux lanières de cuir. Lors des haltes, les paysannes pouvaient déposer leurs fardeaux sur le linteau puis se reposer sur le banc de la dalle inférieure, à l'ombre généralement de quatre tilleuls. De part et d'autre étaient dressées deux bornes qui permettaient aux hommes d'y déposer leurs hottes ou encore aux cavaliers de se remettre en selle.

Il existe en Alsace deux sortes de bancs reposoirs :

  • ceux du Roi de Rome (dits aussi Bancs Marie-Louise) datés de 1811 ;
  • ceux de l'Impératrice Eugénie datés de 1854.
    Le banc-reposoir de Cernay est directement inspiré de celui de Cleebourg datant de 1811.